English
version

Découverte en 1811 par l’Ontarien John McIntosh et introduite sur le marché en 1836, la McIntosh est depuis près de 100 ans la pomme préférée des Québécois!

Malus pumila ‘McIntosh’

Pommier

Malus pumila 'McIntosh'

Indice d'entretien

Indice d'entretien
Pictrogrammes

Légende des pictogrammes cliquez ici

Floraison et fruits

Note : Vous naviguez sur une page de démonstration du projet Horti flash. Pour plus d’informations cliquez ici ou communiquez avec nous au 1-866-886-0606

On l’aime pour sa belle peau rouge et épaisse qui recouvre une chair blanche, tendre, juteuse et acidulée. Cette variété est idéale à croquer, en compote ou pour en faire du jus.

Pour obtenir une meilleure production de fruits, il faut la présence d’un autre pommier à floraison printanière (comme Melba ou Lobo) dans un rayon de 25 m.

Utilisation au jardin : cour arrière ensoleillée, verger.

Pour connaître les produits dont vous aurez besoin pour votre arbre  cliquez ici

Profitez de 30% de rabais
à l’achat de 2 boîtes
Offre valide du 10 au 17 mai

Engrais

Malus pumila 'McIntosh'
Malus pumila 'McIntosh'
Description détaillée

Fleurs : simples, blanches, parfumées; roses en bouton.

Fruits : très uniformes, rouge clair avec une joue verte; plus les nuits de septembre seront fraîches, plus les fruits auront une belle couleur rouge et une chair ferme. Pour donner une excellente production de pommes, un pommier McIntosh requiert la présence, dans un rayon de 24 à 30 m, d’un pommier de variété différente fleurissant à la même période. Sans pollinisateur, il ne produira qu’un faible pourcentage de son plein potentiel. Les variétés ‘Melba’ et ‘Lobo’ sont d’excellents pollinisateurs. Un arbre lourdement chargé de fruits une année a tendance à produire une récolte modérée l’année suivante. Pour éviter cela, on peut procéder à l’éclaircissage des fruits quand ils sont tout jeunes. Ce faisant, on laisse ainsi suffisamment d’énergie aux bourgeons de l’année pour qu’ils se différencient en bourgeons floraux. L’éclaircissage consiste à éliminer un pourcentage de la récolte alors que les fruits sont encore jeunes. Cette intervention se fait le plus tôt possible après la formation des fruits, au début du mois de juin.

Feuilles : vertes; caduques.

Écorce : rugueuse, brune.

Branches : étalées; le port évasé est accentué par la taille qui favorise les branches horizontales, porteuses de fruits.

Croissance : vigoureuse.

Toxicité : la chair des fruits est comestible, mais les pépins et les feuilles présentent une légère toxicité en raison de l'acide cyanhydrique qu'ils contiennent et qui leur donne un goût amer; en petite quantité, l'acide cyanhydrique stimule la respiration et améliore la digestion, mais, en grande quantité, il peut provoquer une insuffisance respiratoire ou même la mort.

Origine : cultivar découvert en 1811 par l’Ontarien John McIntosh et introduit sur le marché en 1836.

Plantation
Plantation
Amendements et fertilisation

Sol : cet arbre se cultive dans un sol frais et bien drainé, loameux, sableux ou argileux, au pH légèrement acide ou neutre.

Compost : un ou deux sacs à la plantation, selon la grosseur de la fosse; 2,5 cm en surface au-dessus de la zone de plantation au printemps pour trois ou quatre ans.

Engrais : seulement si l’arbre a subi des dommages. Choisir un engrais azoté avec un ratio N-P-K de 2-1-1 pour une application au printemps, juste avant le débourrement. Choisir un engrais plus riche en potassium avec un ratio N-P-K de 1-2-3 pour une application en automne, quand les feuilles changent de couleur.

Taille

La taille des pommiers se fait en mars ou avril, avant la montée de la sève, et consiste à couper les gourmands (branches qui poussent à la verticale) et les branches qui nuisent à la pénétration de la lumière.

L’émondage consiste à éliminer les branches mortes, malades ou abîmées.

Les branches avec inclusion d’écorce (fourche ouverte à moins de 30 °) auront tendance à se briser sous le poids des fruits et devraient être éliminées. Les fourches plus près de 90 ° sont idéales pour les pommiers.

Un élagage estival a lieu au début d’août alors que l’on prévoit un temps sec et ensoleillé pour au moins trois jours (cela prévient la brûlure bactérienne). Toujours se servir d’un outil propre et bien aiguisé.

Entretien divers

Transplantation : les pommiers se transplantent facilement tôt au printemps ou en automne en prélevant une bonne motte. Suivre les conseils de plantation.

Protection contre les rongeurs : protéger le premier mètre de tronc des jeunes arbres avec du grillage à poule ou un protecteur spécial en automne pour empêcher les rongeurs de gruger son écorce durant l’hiver. Retirer la protection au printemps.

Aspect phytosanitaire (maladies, insectes)

Pour prévenir les problèmes causés par les insectes et les maladies des pommiers, il est recommandé de faire une application d’huile de dormance avant le débourrement au printemps.


Le pommier peut souffrir de maladies fongiques

  • Tavelure : taches brun olive sur les feuilles, puis sur les fruits. Faites un traitement préventif à base de soufre.
  • Blanc : taches blanchâtres sur le feuillage. Faites un traitement préventif à base de bicarbonate de soude.
  • Rouille : lésions vert foncé sur les fruits qui développent de petites cornes orangées. Maladie qui se transmet aux pommiers par le genévrier érigé. Faites un traitement préventif à base de soufre sur les pommiers et les genévriers.
  • Brûlure bactérienne : 2-3 semaines après la floraison, le bout de branches est noirci, comme s’il avait été exposé à la flamme. Éviter les élagages sévères en hiver. Éliminer les gourmands périodiquement durant la saison. Ne pas arroser par aspersion.

Certains insectes sont également à surveiller

  • Pyrale : la larve creuse une galerie dans la chair du fruit. Traiter avec le produit à base d’argile Surround WP.
  • Charançon : pique les jeunes fruits, ce qui les rend difformes et provoque leur chute prématurée. Traiter avec le produit à base d’argile Surround WP.
  • Saperde du pommier : ver qui creuse une galerie d’environ 25 cm de long sous l’écorce. Enfoncer une tige métallique dans la galerie pour aller tuer le ver.
  • Kermès : couvre l’écorce pour sucer la sève de l’arbre. Se traite avec de la bouillie soufre.
  • Puceron : s’installe sous les feuilles pour en sucer la sève. Traiter avec un savon insecticide.
  • Mouche de la pomme : la larve creuse des galeries dans les fruits. Traiter avec le produit à base d’argile Surround WP.

Ne jamais vaporiser votre pommier lorsque les fleurs sont ouvertes, car cela pourrait affecter les abeilles et réduire considérablement la production de fruits.

Valeurs nutritives de la pomme rouge
VALEUR NUTRITIVE
1 pomme fraîche, de grosseur moyenne
Teneur % valeur quotidienne*
Énergie : 72 calories
Lipides 0.2 g 0 %
Glucides
  • Fibres
19 g
2.6 g
6 %
10 %
Protéines 0,4 g  
 
Vitamine C 6,4 mg 11 %
Potassium 148 mg 4 %
Cuivre 0.037 mg 2 %

Référence : Fichier canadien sur les éléments nutritifs – Santé Canada.
Valeurs basées sur les apports quotidiens recommandés (AQR) et les normes de référence.

Utilisations culinaires

Excellente pour la consommation fraîche, sa taille petite à moyenne en fait une pomme idéale pour la boîte à lunch des enfants. C’est aussi une excellente pomme pour faire de la compote. On s’en sert également pour la préparation de jus, de cidre et de certains desserts.

La recette de Pierrette :
Compote de pommes au sirop d’érable


Compote de pommes

Pour connaître notre sélection de recettes et pour vous donner des idées culinaires  cliquez ici